Réalisations 2017 : un bilan porteur d’espoir

Réalisations 2017 : un bilan porteur d’espoir

février 27, 2018 Non Par webmaster

Manakara

A travers les différentes composantes des cinq financements majeurs, le FID a réalisé diverses activités en faveur des couches les plus vulnérables de la population dans ses zones d’intervention. Voici en quelques lignes la revue des réalisations de l’année 2017 ainsi que les perspectives pour 2018.

Durant l’année 2017, le FID a réalisé un décaissement de 37 736 895 USD. Ce montant correspond à la mise en œuvre des activités Argent Contre Travail (ACT) classique et post cyclone ENAWO, et Argent Contre Travail Productif (ACTP)ou Filets Sociaux Productifs. Il concerne également la réhabilitation des infrastructures endommagées par le cyclone ENAWO, le Transfert Monétaire Conditionnel (TMC) et Non Conditionnel (au sud de Madagascar) ainsi que le Transfert de Fonds de Soutien et de Fonds de Redressement (au sud de Madagascar). Cinq (5) financements importants ont alimenté les programmes pilotés par le FID en 2017. Il s’agit du Projet d’Urgence pour la Préservation des Infrastructures et la Réduction de la Vulnérabilité (PUPIRV), du Projet d’Urgence de Sécurité Alimentaire et de Protection Sociale (PURSAPS), des Filets Sociaux de Sécurité
(FSS), des Filets Sociaux de Sécurité – Financement Additionnel (FSS FA), et du Mécanisme de Réponses Immédiates (MRI).
Des réalisations au-delà des objectifs…
Le bilan des réalisations au titre de l’année 2017 fait état de 1.155 chantiers ACT, dont 66 en synergie avec le BVPI, au bénéfice de 84.488 ménages, 7.047.092 hommes-jours en ACT, 386 chantiers ACTP (1.738.215 HJ pour 27.855 ménages bénéficiaires), 32 infrastructures communautaires de base réhabilitées, 52 infrastructures en réponse aux catastrophes naturelles en travaux. Pour l’année 2017, 38.067 ménages ont bénéficié du Vatsin’Ankohonana, 4.450 ménages du Let Us Learn (LUL) et 57.815 ménages ont bénéficié du Fiavota. 10 transferts monétaires non conditionnels mensuels (sites financés par IDA et sites financés par UNICEF). Un (1) transfert de Fonds de Redressement pour 55.771 ménages bénéficiaires et un (1) transfert de Fonds de Soutien pour 47.981 ménages bénéficiaires ont été également effectués. D’une manière générale, ces réalisations s’accordent aux objectifs préalablement fixés et vont même au-delà dans certains cas à l’instar des chantiers ACT (1.014 prévus contre 1.155 effectués) . Sur le plan financier, les réalisations se sont également révélées
satisfaisantes avec une performance allant de 75% (FSS) à 99 % (PUPIRV). Le taux de réalisation pour PURSAPS a été de 98 % et
de 85% pour FSS-FA. Particulièrement pour le MRI dont les fonds n’ont été disponibles qu’à partir du mois de septembre 2017, le décaissement actuel s’affiche à 1,7 millions USD.
Des défis à relever…
L’accomplissement des activités s’est confronté à certaines difficultés. La sécurité des transferts monétaires aux
ménages bénéficiaires reste problématique dans la mesure où le FID intervient dans des zones très vulnérables qui figurent parfois parmi les zones classées rouges en terme de sécurité. Cela ne permet pas d’assurer la sécurité des différents acteurs (ménages bénéficiaires, agences payeurs, personnel du FID,…). D’autre part, il existe des concussions exercées par certaines autorités locales auprès des bénéficiaires pour percevoir une partie de leur Vatsin’Ankohonana. Enfin, des problèmes d’accessibilité ont été constatés. En effet, les infrastructures à réhabiliter dans le cadre du MRI se trouvent dans des zones d’accès difficile engendrant ainsi une hausse exorbitante des coûts ou un risque de prolongation du délai d’exécution.

2018, des réalisations encore plus ambitieuses en perspectives

Pour cette année, l’implémentation des activités démarrées en 2017 se poursuivra notamment pour les projets PURSAPS, FSS et FSS-FA, celles prévues dans le cadre de PUPIRV étant accomplies avant la fin de l’année 2017. Les perspectives dans le cadre du financement FSS s’articulent autour de la réalisation de 866 chantiers ACTP pour 32.000 ménages bénéficiaires, du paiement de 6 transferts bimestriels pour 39.000 ménages bénéficiaires du Vatsin’Ankohonana et de 6 transferts bimestriels pour 4.450 ménages bénéficiaires LUL. La réception des infrastructures initiées en 2017 et la mise en œuvre de 100 ACT Post catastrophe et de 10 autres infrastructures sont également attendues. Ces activités se chiffrent à un total de 18.239.241 USD incluant le renforcement de capacité institutionnelle de l’administration. Le Financement Additionnel du FSS prévoit la réalisation de 6 transferts monétaires pour 65.000 ménages bénéficiaires du Fiavota (sites financés par IDA et sites financés par UNICEF), de 3 transferts pour 65.000 ménages bénéficiaires du Vatsin’Ankohonana ainsi que le versement du 2è et dernier transfert du fonds de redressement. En réponse aux catastrophes naturelles, les 30 infrastructures initiées en 2017 devraient être réalisées et réceptionnées. Ces prévisions totalisent un montant de 9.011.785 USD avec le renforcement de capacité. Enfin, dans le cadre du MRI, il est prévu les travaux et la réception de 287 infrastructures ainsi que la dotation en matériels de 58 structures de santé. 11.986.942 USD seront nécessaires à cet effet comprenant l’administration du projet. Dans tous les cas, le FID compte bien poursuivre sa lancée pour la réalisation de ces activités

Les Fonds de Redressement (FR) pour la reconstruction des actifs
Les Fonds de Redressement sont des subventions de 180.000 Ar non remboursables pour les bénéficiaires du Fonds Additionnel du projet FSS, transférées parallèlement aux Transferts Monétaires Non Conditionnels. Ces subventions vont permettre à ces ménages bénéficiaires de reconstituer leurs actifs détruits à l’issue des 3 années successives de sècheresse. Les activités choisies par les bénéficiaires concernent le petit élevage à cycle court (caprins, ovins, aviculture) ou l’agriculture de grande saison (cultures maraîchères, légumineuses).
Les Fonds de Soutien (FS) pour la stabilité des revenus
Les Fonds de Soutien consistent en des dotations de subventions non remboursables pour les ménages ayant bénéficié de l’ACT et du TMC issus du financement PURSAPS durant 3 années. Ces subventions d’un montant de 240.000 Ariary/ménage ont permis aux bénéficiaires de créer des petites activités génératrices de revenus (petit élevage, agriculture familiale, artisanat, petit commerce) leur permettant d’assurer un revenu stable et pérenne.