Transferts monétaires ‘Ndao Hianatra’, « Pour un meilleur avenir de nos enfants »

Transferts monétaires ‘Ndao Hianatra’, « Pour un meilleur avenir de nos enfants »

avril 9, 2019 Non Par webmaster

L’équipe de l’UNICEF et du FID rencontre les bénéficiaires à Mahavelona, Foulpointe / Photo © L Hasofera – UNICEF 2018

Le programme de transferts monétaires ‘Ndao Hianatra’ (‘Let Us Learn’) fait partie du programme de protection sociale du Gouvernement coordonné par le Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme. Appuyé techniquement et financièrement par l’UNICEF, le programme est mis en œuvre par le Fonds d’Intervention pour le Développement dans les districts de Mahanoro, Toamasina II, Betioky Sud, Vohipeno, Ambohimahasoa, Faratsiho et Betafo. Les ménages bénéficiaires sont issus du programme de transferts monétaires pour le développement humain (TMDH) dont la conditionnalité est la fréquentation de l’école primaire des enfants de ménages bénéficiaires. Actuelle, 8.100 ménages, soit plus de 13,000 enfants, bénéficient du programme de transferts monétaires ‘Ndao Hianatra’.
De nombreux types de familles bénéficient du programme, dont celles qui vivent avec les mères ou les pères seuls, ou avec les deux parents. Avec en moyenne six personnes à la maison, pour toutes ces familles, les transferts monétaires leur permettent d’encourager leurs enfants à aller à l’école. Ces transferts constituent un des moyens pour donner à leurs enfants un meilleur avenir. Ces enfants issus de familles vulnérables veulent devenir médecin ou enseignant pour servir dans leurs localités, prêtre ou pasteur, ou travailler dans le domaine du paramédical, et bien d’autres domaines.
Une famille de Soavelo nous confie « grâce aux transferts monétaires, j’ai pu payer les droits d’entrée de mes enfants sans être endettée ! ». Jeanine, une autre mère de famille indique « les transferts monétaires nous permettent d’avoir une économie de côté en cas de problème de santé, et d’accroitre un peu nos sources de revenus ». Les mères célibataires ont été les plus enthousiastes. Une d’entre elles, Kalo, a confessé « même si je suis toute seule à nourrir ma famille et surmonter les difficultés quotidiennes, les transferts monétaires m’aident beaucoup à joindre les deux bouts ».
Parmi les familles bénéficiaires, des ‘mères leaders’ ont été identifiées pour mener des mesures d’accompagnement des transferts monétaires. Après avoir bénéficié de diverses formations du FID, elles organisent régulièrement des séances de bien-être durant lesquelles les mères et pères de famille apprennent davantage les comportements à adopter pour être des citoyens responsables et pour assurer une meilleure éducation de leurs enfants. Tout dernièrement, elles ont bénéficié d’un renforcement de capacité sur les pratiques familiales essentielles pour promouvoir des comportements sains permettant aux familles d’être bien en garde face aux différentes maladies. Les pratiques familiales essentielles incluent entre autres les comportements à adopter en cas de grossesse, de maladies, la nécessité de l’allaitement maternel, l’alimentation variée pour une bonne croissance des enfants, l’utilisation des latrines et de l’eau potable, le lavage des mains, etc…
Les transferts monétaires ‘Ndao Hianatra’ sont complémentaires aux sources de revenu des familles bénéficiaires. Elles continuent à vaquer à leurs travaux quotidiens. Nombre d’entre eux ont avoué qu’ils utilisent une partie des transferts pour investir dans leurs activités, par exemple, il y en a qui achètent des bouées pour revendre à la plage, ou qui investissent dans les filets de pêches, la friperie, ou encore les bonbons cocos.