INTERVIEW : Achille RAZAKATOANINA, Directeur des Transferts Monétaires – FID Madagascar

INTERVIEW : Achille RAZAKATOANINA, Directeur des Transferts Monétaires – FID Madagascar

avril 9, 2019 Non Par webmaster

Achille RAZAKATOANINA

Directeur des Transferts Monétaires – FID Madagascar

Question 1 : Pouvez-vous nous faire savoir ce qu’est le Vatsin’Ankohonana ?

Le Vatsin’Ankohonana est la dénomination officielle (marque déposée auprès de l’Office malgache de la propriété intellectuelle, OMAPI) que le FID a donné à son Programme de transfert monétaire destiné aux ménages pauvres et vulnérables à différentes crises.
Le Vatsin’Ankohonana est un supplément de revenu destiné aux familles en situation d’extrême pauvreté. Le Vatsin’Ankohonana est payé tous les deux mois et est donné aux mères de famille. Actuellement, les montants reçus varient de 30 000 à 50 000 Ariary selon que la famille ait ou non des enfants en âge d’aller à l’école primaire.
L’argent est utilisé pour l’éducation, l’alimentation, … Le Vatsin’Ankohonana est aussi un programme de promotion de comportements appropriés en matière de nutrition, de santé et hygiène de la famille, d’inclusion productive. C’est ce dernier volet appelé aussi « Mesures d’accompagnement » qui donne son plein sens à ce programme de bourse familiale.

Question 2 : Comment le FID assure t’il la mise en œuvre de ce programme ?

Le FID a une forte expérience en matière de développement communautaire et de protection sociale.
Le FID a une structure décentralisée et a en son sein différentes compétences en ingéniérie sociale et technqiue.
Toutefois, le FID fait appel à la collaboration de différents partenaires. Ainsi, dans la mise en œuvre du Vatsin’Ankohonana, le FID travaille avec les partenaires opérationnels tels les Institutions de microfinance, les mobile money, les associations locales œuvrant dans le développement, des consultants individuels ayant des expériences en accompagnement social.
Mais le plus important, ce sont les engagements des bénéficiaires eux-mêmes. Ainsi, les mères-leaders, issues des groupes de ménages bénéficiaires, les comités de protection sociale dont tous les membres sont dans le Fokontany, sont les véritables chevilles ouvrières du Programme.
Concrètement, le Programme comporte une série de renforcement de capacité, des rencontres entre différents groupes de bénéficiaires dont les impacts sont déjà visibles et palpables et confirmés par les études et évaluations faites jusqu’ici.

Question 3 : Comment évaluerez-vous les résultats escomptés par ce programme jusqu’à ce jour ?

Les évaluations et les enquêtes de satisfaction menées à ce jour ont révélées des résultats encourageants. Les lignes commencent à bouger et des familles entières commencent à adopter les bons comportements en faveur de la santé et de l’hygiène. La façon dont les mamans éduquent leurs petits va dans le sens d’un développement cognitif et holistique des enfants.
Mais les résultats les plus satisfaisants sont au niveau de la scolarisation, les inscriptions ont augmenté et les abandons ont diminué. La culture de l’école si on peut l’appeler ainsi commence à s’ancrer dans les esprits.
Bref, il y a encore un long chemin à faire mais les acquis nous encouragent à aller de l’avant.

Question 4 : Quelle perspective mettez-vous en place ou souhaiterez-vous instaurer pour avoir plus de résultats ?

A long terme, c’est d’avoir une couverture nationale soutenue par le registre social, un grand chantier du ministère de la protection sociale.
A court et moyen terme, que le développement de la petite enfance intensifié devienne une priorité. Nous devons avoir des générations prêtes à entamer une éducation de qualité et longue. C’est une des conditions de développement d’un pays.
Toujours dans ce chapitre des perspectives, il y a l’introduction des nouvelles technologies dans nos processus de ciblage et de paiement. C’est un véritable défi dans la mesure où la couverture internet et le niveau d’éducation de nos bénéficiaires restent encore très faibles.

Question 5 : Votre mot de la fin

Dans quelques jours, Madagascar va abriter la rencontre annuelle de la Communauté des praticiens du transfert monétaire en Afrique francophone. C’est la marque que Madagascar est pleinement engagé dans cette approche efficace qu’est le transfert monétaire.
Cela traduit également la volonté de notre gouvernement à mettre la protection sociale au premier plan. En effet, faut-il rappeler que la protection sociale peut être un levier de la croissance économique et un formidable instrument de développement humain.